Lilas Blano illustration art

  Huiles sur toiles

La Véronique sur Chaise Bleu Canard

click to enalrge

other works


« La solitude a toujours été un processus de création pour moi. C’est la cour de récréation pour les nombreux personnages qui évoluent en moi. Je les peints quand ils me le permettent et avant qu’ils ne retournent à leurs occupations. »

Diplômée de l’école des Beaux Arts de Reims, Lilas Blano s’essaie d’abord à la publicité, puis à l’animation dans les studios AMBLIMATION de Steven Spielberg et WARNER BROS à Londres, mais c’est vers le dessin et à la peinture qu’elle décide de se tourner.  D’abord, à Montpellier, elle s’inspire de la vie extérieure, des allers et venues du quidam; celui qui, comme tout le monde, n’est pas comme les autres. Au détour d’un instant, « bonjour » « Oh la la ! » « au revoir », l’œil saisit l’attitude furtive et son pinceau nerveux l’immortalise. Ainsi se révèle un univers original aux couleurs chaudes, aux formes généreuses, marquées d’un style graphique fort et unique.

« Le dessin est essentiel dans ma vie, il s’impose à moi et je ne peux l’ignorer. »

A Luxembourg, Lilas retourne au graphisme pur. S’engage alors un combat entre le blanc du papier et l’âme artistique. Pour seule arme : le fusain. Il s’agite, il crisse, il cède du terrain, il repart à la charge, il cherche à ouvrir les portes de l’univers intérieur, et l’explore.

De retour à Reims, et de retour sur le canevas, avec ses pinceaux, Lilas pénètre dans les intérieurs de son imagination pour y observer les couples amoureux, monte sur les toits pour y surprendre des « tourtereaux ». Chacun dans son intimité est surpris par ce photographe importun qui cherche à découvrir le secret… L’amour, le douillet, l’attendrissant, parfois le vaudevillesque, le pinçant, celui là même qui nous amène à ne plus être nous même, et qui parfois nous donne des ailes…

Aujourd’hui, enrichissant sa toile de plus en plus, Lilas saisit spontanément les individus  qui s’offrent à son champ de vision. Féminins souvent, ils effleurent notre présent, y pénètrent des fois, puis s’effacent, et réapparaissent seuls ou accompagnés. Le spectateur les regarde et eux nous observent.

« Grâce à ma baguette de bois brûlé, je les entrevois. Puis avec des pigments et de l’huile, je les fixe ! »

Hervé Leblan

follow Lilas Blano on facebook

Follow The PasseNger Times on facebook instagram twitter

Annunci

leave a comment / lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.